Monsieur le Premier Ministre,

Mesdames et Messieurs les Ministres du Gouvernement Fédéral,

Monsieur le Ministre-Président du Gouvernement Wallon,

Mesdames et Messieurs les Ministres du Gouvernement Wallon,

Mesdames et Messieurs les députés(es) du Royaume,

Mesdames et Messieurs les parlementaires de Belgique,

 

 

Au vu de la situation économique et sociale dramatique que nous vivons dans notre pays, en tant que porte-parole du http://www.mouvementcitoyenslibres.be/, au nom de tous les citoyens asphyxiés par vos politiques d’austérité inhumaines et indignes d’un monde civilisé prônant le partage, la solidarité, l’équité, la justice et respectant la dignité humaine, il était grand temps pour nous de vous faire savoir par le biais d’une lettre citoyenne que nous ne cautionnions plus la manière dont est géré et dirigé notre pays.

Ayant écouté, analysé, suivi et lu vos nombreuses interventions dans les médias télévisés et autres organes de presse écrite pour défendre vos lignes politiques respectives, nous n’avons pu que constater dans la réalité et dans NOTRE quotidien,  l’échec cuisant de vos discours basés sur des « plans », des « prévisions », des « courbes » et des « statistiques » nous éloignant à l’antipode des promesses que vous aviez toutes et tous tenues lors de vos campagnes électorales qui avaient au final pour but la seule et unique accession au pouvoir d’un système auquel jamais nous n’avons été invité à adhérer..ou pas.

Pour les centaines de milliers de citoyens que nous sommes, la politique ne doit pas/plus être considérée comme une carrière professionnelle mais bien comme une mission de courte durée confiée par l’ensemble des citoyens à un collectif représentatif de la population visant à défendre les intérêts, la liberté, les droits et les acquis de ceux-ci et dont la conséquence des choix adoptés ne peuvent aucunement violer notre constitution, celle-là même sur laquelle vous aviez prêté serment, et empêcher quiconque de mener une vie conforme à la dignité humaine.

Dès lors comment pouvons-nous encore exprimer nos revendications, nos sollicitations légitimes, nos impératifs si celles et ceux censés nous représenter passent le plus clair de leur temps à adopter et imposer des mesures allant à l’encontre même de nos intérêts vitaux et pire, allant à l’encontre des promesses tenues avant les élections ?

Nous assistons aujourd’hui à différent « règlements de comptes » entre formations politiques ayant pourtant partagé le pouvoir de décision pendant de très longues années voulant nous faire croire que certains sont les « bons » et les autres « les mauvais ». Tout cela sous nos yeux ahuris ne comprenant plus à quoi rime encore ce système destructeur que vous avez construit en notre nom.

La politique n’est pas une fatalité, c’est juste une question de choix et de priorités défendus par des femmes et des hommes « égaux devant la loi ». Le problème est que vous faites la loi et que vous en abusez tout en vous protégeant d’éventuelles poursuites en ayant créé un monde de riches et de pauvres dans lequel « tout fout le camp » !

Nous vivons aujourd’hui dans une société ou les priorités d’une minorité ont pris le pas sur les priorités d’une majorité, ce qui va à l’encontre même des valeurs d’une démocratie réelle, celle-là même que vous étiez censés défendre.

Champion de « l’auto satisfaction » permanente et présentant vos « seuls bilans » de manière enthousiasmante, vous nous avez prouvé à quel point il existait aujourd’hui un immense fossé entre vos choix dénués de tout bon sens et nos besoins nécessaires pour mener une vie conforme à la dignité humaine. Vous mettez éternellement en balance votre seule et unique vision fictive contre nos réalités quotidienne, des chiffres et des statistiques contre notre survie.

Ces choix que vous nous imposez ne sont pas les nôtres et à ce titre, quelle sont encore la légitimité de vos gouvernements et autres institutions d’état qui sont par ailleurs bien trop nombreux pour notre petit pays ?

Sans vouloir reprendre toute l’actualité depuis des années, prenez vous le temps de regarder ce qu’il se passe dans le pays que vous dirigez, de lire les nombreux commentaires dénonçant votre ligne de conduite politique ?

Transporteurs, policiers, magistrats, militaires, étudiants, ouvriers, employés, pme, sans emploi, gardiens de prison, pensionnés, prépensionnés, invalides pour n’en citer que quelques-uns sont devenus des « cibles systématiques » de vos restrictions, de votre répression et ne cessent de clamer qu’ils n’en veulent plus, qu’ils n’en peuvent plus. Comment être fier de « ses résultats » et s’auto proclamer représentatif de sa population défendant ses intérêts lorsqu’autant de voix s’élèvent unanimement contre vos politiques ?

Au-delà de toute cette révolte légitime qui gronde à l’unisson, comment interprétez-vous vos résultats médiocres obtenus dans le grand baromètre et ne donnant même pas une moyenne à vos différents gouvernements hormis le gouvernement flamand qui obtient un très faible 5,2 ?. Cela ne se nomme-t-il pas un « échec cuisant » tout simplement ?

Notre appareil de justice, par la voix du premier Président de la cour de cassation, a désavoué publiquement votre politique de restrictions budgétaires vous mettant en garde « de réduire notre Royaume en un état voyou ». Cela fait d’ailleurs deux ans que notre magistrat National, le Juge Michel Claise, dénonce toutes les inepties de vos méthodes de travail. Cela pose question, cela pose problème.

Comment devons-nous accepter et interpréter le laxisme et l’inertie complice dont vous faites preuve depuis tant d’années dans les affaires de corruption, de criminalité en col blanc, d’évasion et de fraudes fiscales telles que les Luxleaks, Swissleaks, HSBC et tout dernièrement les Panama papers ? Alors que dans le même temps, vous mettez en œuvre une politique de répression sans précédent envers les moins nantis ? Jusqu’à faire des contrôles inopinés au domicile et contrôler les consommations de ceux-ci ?

On ne peut prétendre combattre la fraude en général en menant d’un côté une véritable « chasse aux sorcières » et favoriser une évasion fiscale de l’autre. De par cette attitude, vous n’avez fait que renforcer notre conviction qu’il existe une « minorité à protéger » et une majorité à soumettre. Nous sommes donc bel et bien à l’opposé d’un état de droit, d’une démocratie réelle et il est de notre devoir de nous faire entendre aujourd’hui.

 

Nous sommes une grande majorité à ne plus savoir mener une vie conforme à la dignité humaine, à ne plus savoir que « survivre », à ne pas pouvoir s’alimenter correctement au-delà des deux premières semaines du mois, à ne plus pouvoir payer ses factures, à ne pas pouvoir offrir une vie digne à nos enfants et nous sommes « représentés » par :

-          Près de 17.000 parlementaires cumulant en moyenne 6 mandats rémunérés par personnes

-          6 gouvernements (http://www.cumuleo.be/)

-          Et autant d’institutions et/ou intercommunales ou les conseils d’administrations pullulent de mandataires politiques.

Nous n’en voulons plus et refusons catégoriquement de « survivre » dans un monde ou une minorité décide et impose son « modèle de société » à la majorité citoyenne qui ne le cautionne pas. En cette fin d’année, les 1% les plus riches possèderont plus que le reste de la population mondiale ! Est cela pensez-vous que nous rêvons de laisser à nos enfants ? (https://www.oxfam.org/fr/salle-de-presse/communiques/2015-01-19/les-1-les-plus-riches-possederont-plus-que-le-reste-de-la)

Nous pourrions encore étaler à longueur de pages toutes ces anomalies et autres dérives dont nous payons quotidiennement les conséquences désastreuses mais nous privilégierons l’ouverture d’un réel débat public ou nous pourrons, sans censure aucune et sans langue de bois, vous faire part de nos volontés et nos priorités pour construire le monde de demain, celui que nous serons fiers de léguer à nos enfants  et dans lequel nous voulons les laisser évoluer et grandir, ce monde qui n’a rien à voir avec celui que vous défendez « becs et ongles ».

Nous défendons quant à nous les vraies valeurs fondamentales pour construire un nouveau modèle de société ou l’être humain et le respect de celui-ci reprendra toute sa place et sera au centre de tous les débats. A cet effet, nous prônons pour :

-          La mise en place et en application de l’allocation universelle et inconditionnelle pour toutes et tous équivalente à 1500 euros/mois et assortie d’une mesure adaptant les temps plein de 38h/semaine en temps plein de 19 heures/semaines qui permettra de jeter aux oubliettes le seuil de pauvreté, la précarité, la dure réalité des sdf, le « burn out », l’absentéisme, les injustices, le statut de « conjoint cohabitant et permettra une véritable répartition du travail face aux technologies nous dépassant et à la robotisation qui menace un emploi sur deux d’ici à 2030. Elle permettra de retrouver un temps libre nécessaire et impératif pour l’éducation de nos enfants, pour s’occuper de nos aînés, pour renouer les tissus sociaux et familiaux tout en faisant baisser drastiquement la délinquance et enrayant la fraude sociale. Elle relancera immédiatement toute l’économie de notre pays Son financement ?..Regardez et écoutez attentivement ceci : https://www.facebook.com/Pour.1Revenu.inconditionnel.de.base/videos/10153873097559093/

-          L’interdiction pure et simple de TOUT cumul de mandats

-          Un mandat unique de 5 ans équivalent à une mission d’intérêt collectif

-          Un seul Parlement (citoyen)

-          Le référendum d’initiative populaire inscrit dans notre constitution

-          La sortie de l’Union Européenne telle qu’on la connait aujourd’hui et qui nous a été imposée.

-          La création d’une banque Nationale Citoyenne qui créera, gérera et distribuera notre monnaie Nationale.

Conscient que cela ne va pas forcément vous plaire, nous tenons néanmoins à nous affirmer et nous impliquer dans ce projet humain ou plus jamais un être humain ne pourra encore disposer du droit à la vie ou à la survie d’un autre être humain.

Déterminés, nous le sommes, convaincus, nous le sommes et vigilants, nous le resterons.

En conclusion, il était grand temps pour nous de vous interpeller toutes et tous sur notre vision d’avenir bien plus représentative que celle que vous nous avez imposée.

Ce choix, nous le revendiquons, nous le défendons et l’assumons pour vivre dans un monde meilleur et équitable et rendre à notre éphémère passage sur terre, ce sentiment de liberté, de richesse intérieure, de bien-être et de bien-vivre ensemble qui nous a été enlevé depuis trop longtemps.

Nous terminerons par ce commentaire repris sur la page Facebook de Bel RTL, commentaire faisant suite à la question posée dans le débat du jour : Êtes-vous encore fier d’être Belge ?

Voici la réponse qui a obtenu près de 350 « like », ce qui est énorme :

« Fier de quoi ? D’un pays au bord de la faillite ou les plus taxés sont ceux qui ont le moins, avec un système politique corrompu jusqu’à la moelle, ou l’on encourage la délation de ses voisins afin de taxer encore plus ? D’un pays dans lequel la voix des citoyens n’est plus entendue et ou la fierté Nationale passe par 11 gars qui tapent dans un ballon ? Oh oui, je suis fière, y a pas à dire ! »

Comme nous l’avons déjà souligné, la politique n’est pas une fatalité, c’est une question de choix et de priorités communes avec celles souhaitées par la majorité citoyenne qui finance tout votre système.

Espérant que cette longue lettre qui vous sera envoyée par mail et par courrier postal fasse l’objet de toute votre attention, nous resterons très vigilants quant à l’écho et les réponses que vous y apporterez et que nous pourrons partager avec l’ensemble des citoyens se reconnaissant dans nos demandes et revendications.

Bien à vous,

Pour l’ensemble des citoyens libres,

Pour l’ensemble des êtres humains que nous sommes,

En mon nom propre,

Et en tant que porte-parole du http://www.mouvementcitoyenslibres.be/

Pascal Masarotti.