Le budget consacré aux trop nombreux parlementaires et autres sénateurs est lui aussi considérable pour un pays de 11.000.000 d’habitants..

Que coûtent nos parlementaires et sénateurs?
Le budget consacré à la Chambre s’élève en moyenne à 772.900 euros par député.
Pour le Sénat, cette moyenne est de 1,1 million d’euros par sénateur.
Coûts importants vs. perte de pouvoir

Une étude de Herman Matthijs, professeur à la VUB, a révélé que le Parlement belge coûte de plus en plus cher malgré qu’il perd de son influence et de son pouvoir.
En dix ans, le coût de la Chambre et du Sénat a augmenté de près de 50 millions d’euros.
Conclusion de l'étude: il y a trop de députés fédéraux en Belgique. Herman Matthijs a examiné l’évolution du coût du Parlement fédéral entre 1995 et aujourd’hui et a constaté que le budget destiné à la Chambre s’élève cette année à 115,9 millions d’euros, et celui consacré au Sénat à 80,2 millions d’euros.
Cela revient à 772.900 euros par député.

Pour le Sénat, cette moyenne est de 1,1 million d’euros par sénateur.
Le Sénat reçoit la majeure partie du coût (75,5 millions d’euros) des caisses de l’Etat et, pour le reste, doit puiser dans ses réserves.
Sénat: + 50% sur vingt ans Ces dix dernières années, le coût de la Chambre et du Sénat est passé de 149 millions en 2001 à 196 millions d’euros cette année.
Ce qui représente une augmentation de 47 millions d’euros – soit 31,5%.

L’étude du professeur comporte encore d’autres chiffres remarquables.

Il apparaît ainsi que le budget du Sénat a plus ou moins doublé entre 1989 et 2010 et que le coût moyen par sénateur s’est multiplié par cinq.
Alors que le nombre de sénateurs est passé de 184 à 71, le coût salarial a explosé en chiffres relatifs : aujourd’hui, le coût salarial pour 71 sénateurs s’élève à 9 millions d’euros, soit 126.760 euros par sénateur.
En 1995, le chiffre était encore 12,9 millions d’euros pour 184 sénateurs, soit 70.108 euros par sénateur.

En 15 ans de temps, le coût salarial par sénateur a donc été multiplié par un facteur 1,8, ce qui représente presque un doublement.
Le professeur Matthijs attribue l’augmentation du budget du Sénat aux indexations, à l’augmentation des barèmes des salaires des sénateurs, au financement plus coûteux des partis politiques, aux nombreuses indemnités de départ après les élections et au non-dégraissement du personnel après la réforme de 1995.
Chambre: +60% pour les frais opérationnels Même à la Chambre, bien que de façon moins marquée, les frais opérationnels augmentent d’année en année.
Néanmoins, le nombre de députés est passé de 212 à 150, alors que les frais opérationnels ont augmenté de 60% par rapport à 1995. Les raisons sont notamment les suivantes : le coût des commissions d’enquête, la modernisation des bâtiments, les indemnités de départ après les élections, la préparation à la présidence de l’UE en 2001, les indexations des salaires des députés, des fonctionnaires et des collaborateurs des groupes politiques.

Trop de députés Selon Matthijs, le coût du Sénat n’est pas en rapport avec son poids politique.

En outre, l’assemblée dispose selon lui d’une gigantesque caisse de retraite.

Matthijs conclut également que notre pays compte proportionnellement trop de députés fédéraux par rapport à des pays tels que les Pays-Bas, l’Allemagne, l’Autriche ou l’Espagne.

Texte: Dominique Soenens
Source : http://www.references.be/carriere/salaires/Que-coutent-nos-parlementaires-et-senateurs http://www.levif.be/actualite/belgique/ce-que-coutent-nos-elus/article-normal-137959.html